Chapon farci aux figues et pancetta<span class="rmp-archive-results-widget "><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i><i class=" rmp-icon rmp-icon--ratings rmp-icon--star rmp-icon--full-highlight"></i> <span>5 (1)</span></span>

Mes souvenirs de chapon remontent aux 50 ans de mariage de mes grands-parents. J’avais une dizaine d’année.

Mon homme voulait absolument goûter ça, donc je me suis lancée et ai trouvé cette recette sur l’un de mes blogs favoris.

La difficulté n’a pas tant été la farce que de trouver le plat dans lequel il allait rentrer et sur lequel il fallait mettre un couvercle. Question que je me suis évidemment posée après avoir acheté la bête de + de 3 kg quand même (pensez aussi, si vous être une famille de 4 comme nous, qu’on mange donc des restes pendant quelques jours).

On l’a accompagné de quelques croquettes et d’haricots verts.